CHRIS PARLE DE CAVITATION

Lorsqu’un film se déplace dans l’eau, il pousse l’eau ; l'accélère pour qu'il puisse se faufiler autour du profil. Lorsque l’eau accélère, la pression de l’eau diminue. Cette pression de surface locale est appelée pression dynamique.

La cavitation est la formation de bulles de gaz à la surface des ailettes en raison de la pression dynamique suffisamment faible pour qu'elles se forment. C'est un peu comme lorsque vous ouvrez une bouteille de bière ou de boisson gazeuse : la haute pression du liquide dans la bouteille scellée chute soudainement lorsque la bouteille est ouverte et le gaz dissous sort du liquide sous forme de bulles. Vous pouvez le constater uniquement avec de l’eau non pressurisée si vous avez la chance de voler en avion. En planche à voile, le gaz peut être simplement de l’air naturellement dissous ou augmenté par l’action des vagues sur l’eau, ou dans les cas extrêmes, lorsqu’un vide proche est créé, il peut être formé à partir d’une « ébullition » d’eau à basse pression. En planche à voile, c'est la première solution qui se produit en premier. Les bulles peuvent rester à la surface, ou peuvent être évacuées en nappe ou en « blobs » (s'effondrant lorsqu'elles entrent dans le courant libre où la pression revient à la normale).

La cavitation peut déclencher la ventilation par son effet sur la portance. Généralement, la cavitation réduit la portance pour un angle d'attaque donné (avec la même vitesse). C'est ce qu'on appelle la pente de levage ou la pente de levage. La cavitation a pour effet d'augmenter de manière inattendue la traînée et la perte de pente de portance avec l'augmentation de la vitesse. Si la charge augmente à la vitesse, l'aileron peut commencer à caviter en raison de la pression dynamique plus faible, alors l'angle d'attaque augmente plus qu'un foil non cavitaire pour la même augmentation de charge.

Cette augmentation de l’angle d’attaque aggrave la cavitation. Il s’agit donc d’un effet soudain qui apparaît comme une « frappe contre un mur » avec rapidité. Un foil cavitant aura des turbulences plus élevées dans le sillage et un vortex traînant plus intense, ce qui le rendra plus sujet à une vrille « spontanée » une fois qu’il cavite. Si les bulles se détachent, la bulle met du temps à s'effondrer (l'eau doit être accélérée pour remplir le vide), de sorte que la basse pression dans ce volume de gaz contribue à créer le canal basse pression qui peut déclencher la ventilation. Tout ce déplacement de l'eau consomme beaucoup d'énergie - et cette énergie ne peut provenir que de ce qui pousse la palme dans l'eau - cela ajoute donc à la traînée.

QU'EST-CE QUE LA CAVITATION